Jean de Fer 
L’homme sauvage et l’enfant

 

Un projet d’Etienne Van der Belen et Baptiste Vaes

« Nous sommes tous, au fond, des êtres sauvages.
Une force considérable gît, inemployée, dans cette sauvagerie. Devenir, enfin, un être entier. Pour cela, civiliser le sauvage, ensauvager le civilisé. Et disposer de toutes les forces que recèle notre nature : la sauvage, et la civilisée »

Henri Gougaud

 

PRÉSENTATION DU SPECTACLE

Dans le conte Jean de Fer  il est question d’une forêt mystérieuse, d’un marais dans lequel est tapi un homme sauvage. Celui-ci est capturé et mis en cage dans la cour du palais du Roi. Le prince, âgé de 8 ans le libère, malgré l’interdiction de son père, et l’accompagne dans la forêt où il vivra quelques jours en sa compagnie. Ensuite l’homme sauvage pousse le prince à parcourir le vaste monde, pour qu’il apprenne à devenir un homme complet. Il deviendra ainsi tour à tour aide-cuisinier, jardinier, chevalier ; il connaitra la solitude, la pauvreté, la douleur, et, avec l’appui de l’homme sauvage, livrera bataille, gagnera des tournois et finalement obtiendra la main d’une princesse… Il deviendra ainsi un véritable prince, non par sa seule naissance (lignée), mais par ce qu’il aura accompli lui-même, avec l’aide de l’homme sauvage et grâce aux qualités que seule l’expérience de la vie pouvait lui apporter.

Il s’agit donc de l’initiation d’un jeune garçon par un homme sauvage, du passage progressif de l’état de garçon à celui d’homme, sous la conduite de ce mystérieux mentor à travers différentes épreuves « initiatiques ».

Mais c’est aussi la transformation de l’homme sauvage, qui progressivement, de par sa relation avec le jeune prince, passera d’une sauvagerie stérile, négative et même meurtrière (parce que non reconnue par une civilisation factice et rigide) à une énergie vitale enfin canalisée.

Cette histoire est la clé de voûte du spectacle, la source qui coule à travers les mots du conteur, et qu’irriguent aussi les rythmes et les chants du musicien.

 

A l’adolescence, Etienne quitte sa campagne et déménage à Bruxelles. Il y étudie le droit à l’université mais la peur d’étouffer dans le costume trop civilisé du juriste le pousse à devenir comédien et à partir sur les routes d’Amérique latine et d’Afrique en quête, notamment, de son « homme sauvage ». Aujourd’hui, il habite dans une maison à l’orée d’une grande forêt. Il y a construit une cabane dans un arbre, dans laquelle il aime dormir avec son fils. Cette connexion à la nature lui est devenue essentielle.

Baptiste vit au cœur de la ville et dans une yourte au fond des bois, au sein de la société humaine et dans un rapport solitaire avec la nature. Comme Etienne, il a étudié les lois mais travaille aujourd’hui dans un autre domaine, celui de la musique, à l’écoute de la loi naturelle du rythme et de l’harmonie. Avec ses instruments et sa voix, il joue en communion avec les éléments et tente de partager dans le cadre de son travail de musicien-pédagogue un peu de ces bruissements sauvages.

A travers la lecture du conte Jean de Fer des frères Grimm qui raconte la rencontre entre l’Homme Sauvage et l’Enfant, nous nous retrouvons réunis autour d’une même question : Comment redevenir, selon l’expression d’Henri Gougaud,  un « être entier » aujourd’hui ? C’est-à-dire : Comment retrouver en nous cet équilibre entre nos parts sauvage et civilisée ?

Et pour cela, nous voulons redéfinir tout d’abord cette part sauvage en nous, et lui donner un nouveau sens, loin de la connotation barbare du terme. Renouer avec cette part fondamentale, réprimée et contrôlée par la civilisation des sociétés humaines, cette part dormante, dont la mise en sourdine nous donne cette impression d’incomplétude, ce sentiment d’être amputé d’une partie de nous-même.

 

DISTRIBUTION

 

Auteur – Interprète                               Etienne Van der Belen
Compositeur – Musicien                      Baptiste Vaes
Regard extérieur écriture                     Henri Gougaud
Regard extérieur mise en scène         Claudine Aerts
Création lumières et régie                   Josse Derbaix
Images, photos, vidéos                        Marco Lavand’homme

 

TÉLECHARGER LE DOSSIER PDF

 

EXTRAITS DE PRESSE

Françoise Lison, L’avenir, 27 janvier 2017

Etienne Van der Belen et Baptiste Vaes sont les passeurs sobres et lumineux d’une œuvre méconnue des frères Grimm. La parole conteuse, la musique, le chant et le mouvement deviennent leurs puissants alliés vers cette quête intemporelle : « pouvoir, en soi, réconcilier le sauvage et le civilisé ».

 

PHOTOS